Social shopping : où en est la France ?

Publié le par Julia Marras


Cela fait un moment que je pense, comme beaucoup, que le futur proche du web 2.0 est le social shopping. Il s'agit d'effectuer ses achats sur la base de recommandations de ses amis online, donc principalement sur les réseaux sociaux. Il existe pour cela des réseaux sociaux spécialisés mais surtout, le géant Facebook.

 

Les marques françaises commencent de plus en plus à y lier des relations avec les internautes et à créer leur communauté. Leur but derrière tout ça est bien de créer un dialogue avec les consommateurs, de les fidéliser, de développer la notoriété et la réputation de la marque, et donc, in fine, de vendre (quoi qu'on en dise). Il est évident qu'il s'agit de créer du lien avec finesse grâce aux réseaux sociaux, mais cela n'est pas incompatible avec des dispositifs de vente et, surtout, de recommandations sociales. Qu'attend-on pour développer des outils de social shopping ? Y-a-t-il une réelle hypocrisie française de la vente ?

 

J'ai l'impression que derrière leur utilisation de Facebook, les marques tentent de faire oublier qu'elles veulent vendre au profit d'une relation purement amicale. Par exemple, chez Etam, les réseaux sociaux sont intégrés à la direction du marketing relationnel, la stratégie est donc clairement de fidéliser les clientes plus que de développer directement les ventes, objectif final mais secondaire selon la directrice marketing relationnel et internet dans son interview pour BFM. Cette société établie donc des liens vers son site e-commerce depuis Facebook et y fait la promotion de ses produits. Pourquoi ne pas rendre ce lien plus concret ? Des objectifs de vente risqueraient-ils de braquer les internautes ?

Les français ne sont sans doute pas totalement prêts à prendre le pas du social shopping mais nous sommes visiblement en bonne voie. La FNAC, pour ne citer que ce site, a installé un bouton "like" sur ses fiches produits (qui ne marche pas chez moi, soit dit en passant, je ne sais pas s'il fonctionne chez vous) et de plus en plus de sites marchands permettent le partage de leur contenu sur les réseaux sociaux. Un bon début pour voir ce que ses amis aiment et recommandent.

 

Prochaine étape : le développement des processus de recommandations via les réseaux sociaux, et bientôt des sites marchands directement intégrés aux pages fan ?

 

Pensez-vous que nous sommes prêts pour le social shopping ? Avez-vous rencontrés d'autres exemples ?

 

A voir pour en savoir plus : Social Shoppping, les exemples concernant Facebook.


EDIT

De beaux exemples français développés grâce à Boosket : les pages fans Naf Naf et Archiduchesse.

Publié dans Web 2.0

Commenter cet article